Le secteur financier à l’assaut de la Blockchain

0

Si les cryptomonnaies ont pu attirer de nombreux spéculateurs entre fin 2017 et début 2018, les institutions financières classiques sont restées frileuses sur le sujet, mais en coulisse, les géants du secteur s’activent partout dans le monde.

Le projet Bakkt en fer de lance

Soutenu par quelques grands investisseurs comme M12 (la filiale capital risque de Microsoft), le célèbre Boston Consulting, Starbucks et bien d’autres, et développé par ICE, le propriétaire de la plus grande bourse mondiale (NYSE), BAKKT, après une levé de fonds de 180 millions de dollars annoncée en début d’année, développe une infrastructure de paiement complète en bitcoin, destiné à tous les types d’investisseurs.

L’entreprise a aussi le projet de lancer des contrats à terme (Future) basé sur le bitcoin, ce qui serait une première mondiale.

Après l’annonce de sa création cet été et son lancement prévu pour fin janvier repoussé, c’est incontestablement le projet à suivre cette année, pour l’instant en attente de validation du CFTC (l’agence fédérale américaine chargée de la régulation des bourses).

Le NASDAQ aussi investit massivement dans la blockchain

Le concurrent direct de NYSE, à savoir NASDAQ, la deuxième place de marché aux USA, ne compte pas regarder son concurrent prendre un avantage sur la blockchain, et vient d’annoncer un investissement de 20 millions de dollars dans Symbiont, créateur de smart contract à destination des produits financiers.

Cette annonce intervient quelques semaines après le rachat de CINNOBER par NASDAQ, une solution de trading haute performance orienté vers les investisseurs institutionnels.

Une annonce concernant des contrats futures basés sur le bitcoin est aussi attendue en ce trimestre.

L’europe se lance timidement

Malheureusement, il y a fort à parier que les géants de la blockchain seront demain, comme les géants actuels d’internet, américain, et peu en europe.

Le seul projet notable actuel impliquant EURONEXT (la principale place boursière de la zone euro) est LiquidShare, qui a lancé en décembre sa phase pilote de son système de règlement en temps réel des opérations post-négociations sur les actions des PME européennes

Annoncé mi-2017, la création de LiquidShare est financée par plusieurs institutions financières traditionnelles, comme la société générale, BNP Paribas, ou encore euronext.

Le Japon en phase de recherche

Du côté du Japon, la sécurisation apportée par la technologie Blockchain intéresse le Japan Exchange Group (JPX), la principale société de services financiers du pays qui détient le Tokyo Stock Exchange et la Osaka Securities Exchange.

Fin décembre 2018, elle vient de publier un rapport concluant sur un ‘Proof of concept’ de système blockchain permettant de faciliter l’ouverture de comptes clients entre les différentes institutions par une blockchain orientée KYC (know your customer, Connaissez votre client). La finalité sera de réduire les lourdeurs administratives, du côté des clients comme des services dédiés dans les banques.

2019 sera donc l’année ou les grandes places financières mondiales se lancent massivement dans la blockchain.

Article précédentEthereum : Créer une blockchain privée
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.